Entrevue avec Éric Duhaime : pas de vin, pas de photographe

eric-duhaime-eclairage-dramatique

Cette semaine Mostly Montreal s’est rendu chez le chroniqueur et animateur de radio libertarien Éric Duhaime. Le plan était de le saouler au vin de dépanneur et de le prendre en photo dans des poses embarrassantes, mais notre photographe s’est décommandé à la dernière minute et on a oublié d’aller acheter le vin. Voici donc un condensé de notre entrevue, divisé en fonction des principales thématiques que nous avons abordées.

SANTÉ ET ÉDUCATION

MM : Dans ton premier livre tu parles de « hold-up générationnel » pour décrire les avantages conférés aux baby-boomers par l’État québécois, au détriment des plus jeunes générations. Pour rétablir l’équilibre, crois-tu qu’on devrait arrêter d’offrir des soins de santé aux personnes âgées en phase terminale?

ED : Non, je pense qu’il faudrait d’abord offrir aux québécois un système de santé qui permettrait au public et au privé de travailler en parallèle.  La concurrence améliorerait la qualité des services et diminuerait le temps d’attente, de la même façon que celle exercée par les écoles privées pousse les écoles publiques à offrir davantage de services aux étudiants tout en diminuant la taille des groupes.

MM : Je sais que tu défends l’accès à l’éducation – tu t’es prononcé contre la hausse des frais de scolarité, mais aussi contre les associations étudiantes qui contestaient ces hausses. C’est quoi l’affaire?

ED : Je suis toujours contre la hausse des frais de scolarité, mais j’ai un problème avec la façon dont les associations étudiantes sont structurées et financées. Elles se préoccupent plus de la défense des intérêts des syndicats que de ceux des jeunes. Ça m’écœure. Pour moi, Gabriel Nadeau-Dubois n’est pas un défenseur de la jeunesse – c’est un représentant de la gauche radicale.

MM : T’habites à côté de la plus grosse mosquée en ville, en plus d’être à deux pas de l’UQÀM. De qui as-tu le plus peur lorsque tu sors de chez toi – des islamistes ou des membres de l’ASSÉ?

ED : J’ai plus peur des membres de l’ASSÉ parce qu’ils me reconnaissent davantage!

MM : Si t’avais à choisir entre la santé ou l’éducation, qu’est-ce qui viendrait en premier?

ED : L’éducation. Sans le moindre doute.

eric-duhaime-gabriel-nadeau-dubois

SOUVERAINETÉ

MM : Tu te dis souverainiste, et à une certaine époque tu travaillais même comme conseiller politique pour Gilles Duceppe. Maintenant, tu souhaites voir disparaître le Bloc Québécois. Qu’est-ce qui est arrivé?

ED : Je me dis souverainiste? Où est-ce que t’as vu ça? J’ai effectivement travaillé pour Duceppe, mais on fait tous nos erreurs de jeunesse. Pour moi, le débat d’avenir du Québec sera entre la gauche et la droite : je m’intéresse beaucoup plus à comment le gouvernement dépense l’argent de nos taxes et les types de services qu’on reçoit en retour qu’aux compétences constitutionnelles d’un gouvernement ou d’un autre.

MM : Pour être clair, si t’avais à choisir entre un Québec souverain de gauche et un Québec conservateur membre de la confédération canadienne, qu’est-ce que ça serait?

ED : Pour moi, ce qui est important c’est que le gouvernement soit le plus à droite possible.

LIBERTARIANISME

MM : Che Guevara, Jane Fonda, Gabriel Nadeau-Dubois… Les porte-étendards de la gauche sont rebelles et charismatiques. À l’opposé, les grandes figures de la droite libertarienne n’ont rien de particulièrement séduisant. Margaret Thatcher, Ron Paul, pis une gang d’économistes autrichiens morts… Ne trouves-tu pas que ça manque de sex-appeal?

ED : Je te ferais remarquer que Ron Paul est le politicien qui attire le plus de jeunes sur les campus universitaires américains. Pour ce qui est de Thatcher et des économistes autrichiens…

MM : Parlons-en justement, d’économie! Comme tu le sais, l’influence des thèses du sociologue allemand George Simmell sur le programme de recherche de John Maynard Keynes fut majeure. On la devine d’ailleurs déjà dans son Mémorandum sur les arrangements monétaires et financiers en Russie du Nord datant du 8 août 1918 – Keynes y fait une démonstration exemplaire du fondement épistémologique de la science de l’éthique (science morale ou sociale), qui procède indubitablement du principe d’incertitude, c’est-à-dire d’une conception ouverte de l’histoire.

Simmel a donc proposé une nouvelle philosophie de l’histoire dans laquelle le futur est la force motrice excessive (non-identité, asymétrie) du présent : cette conception du temps est la base épistémologique de l’économie politique de Keynes. Par ailleurs, une réflexion ayant trait au rôle des conventions sociales comme constitutives des prix nous amène tout naturellement à nous pencher sur les effets réels de la variation de la quantité de monnaie sur la répartition de la richesse entre classes sociales.

Cette théorie des effets réels (sociaux) des fluctuations de la monnaie mise de l’avant par Simmel est non seulement à l’origine de la théorie des conséquences réelles de la monnaie proposée par Keynes, mais aussi à la base de la théorie des crises d’Hayek. Comment peux-tu donc ignorer  les recherches de Simmel, auxquelles même Hayek a adhéré, et qui démontrent que toute politique de flexibilisation du marché du travail (suppression des syndicats, précarisation des emplois) est de facto impossible sans que celle-ci ne vienne perturber les conventions et normes sociales en provoquant du chômage par de la déflation (stagflation)?

ED : La Route de la servitude de Hayek m’a beaucoup influencé, mais… Pourquoi tu me poses cette question-là? Tu veux faire ton Mathieu Bock-Côté, c’est ça?!

LA CLIQUE DU PLATEAU

MM : Le Plateau, c’est le quartier le plus densément peuplé au Canada, avec 100,000 personnes vivant sur une superficie de 8 km2.  C’est qui pour toi, la « Clique du Plateau »?

ED : Le Plateau, c’est plus qu’un espace physique – ça représente pour moi un cercle de gens qui sont très présents dans nos médias, qu’on voit beaucoup à Radio-Canada notamment, et qui malgré leur rayonnement partout à travers le Québec ne sont pas représentatifs de l’ensemble de la population. 1570 des 4200 membres de la Fédération des journalistes du Québec habitent sur le Plateau Mont-Royal. Tu te rends compte? C’est plus du tiers des journalistes du Québec qui vivent dans un quartier qui compte 1% de la population de la province. En plus, ils partagent les mêmes idéologies : l’ombudsman de Radio-Canada, Julie Miville-Deschênes disait en mai 2009 que les journalistes les plus influents sont des baby-boomers québécois de souche, dont la façon de voir le monde comporte habituellement un biais idéologique gauchiste, anti-clérical et anti-américain. Politiquement, le Plateau est aussi une exception : on y a voté à 55% pour Québec Solidaire aux dernières élections, tandis qu’ailleurs ce pourcentage était de 5-6%. Pour moi, c’est ça la Clique du Plateau.

eric-duhaime-smoking.jpg

PÉTROLE

MM : T’es en faveur du pipeline TransCanada. Pourquoi détestes-tu les bélugas blancs de Cacouna?

ED : Un jour il va falloir qu’on m’explique : si on est contre les pipelines, si on est contre le forage au Québec, si on est contre le transport des produits pétroliers par train, le transport par bateau, le transport par camion, si on est contre les sables bitumineux et les gaz de schiste… d’où est-ce qu’on est censé prendre notre énergie? En plus de réduire notre dépendance au pétrole du Moyen-Orient, le pipeline demeure le plus sécuritaire des moyens de transport. Pourquoi financer certaines des dictatures les plus sanguinaires de la planète lorsqu’on pourrait plutôt échanger avec l’Alberta, qui nous envoie près de 10 milliards de $ par année pour financer nos programmes sociaux au Québec?

MM : Pour ce qui est des dictatures sanguinaires du Moyen-Orient, c’est vrai que tu t’y connais un peu. N’as-tu d’ailleurs pas défendu les intérêts des compagnies pétrolières en Irak pour la NDI, un organisme paravent de la CIA?

ED : La NDI n’est pas un paravent de la CIA, c’est la plus grosse ONG en développement démocratique au Monde… Écoute, si j’ai travaillé pour la CIA, ça veut dire qu’il y a des activistes de la gauche qui sont mieux renseignés que moi.

DÉMOCRATIE

MM : Est-ce que ça sert à quelque chose de voter? Il me semble qui si tout le monde arrêtait de voter, les politiciens finiraient par s’en aller.

ED : Nos institutions politiques sont archaïques – voter une fois aux quatre ans pour un dictateur éclairé, ça excite pas grand monde, peu importe le dictateur qu’on choisi. Les taux de participation aux élections diminuent d’année en année. Les jeunes ne votent pas – il y a une cassure et ça m’inquiète. Je crois toutefois que l’arrivée de nouvelles technologies a le pouvoir de complètement changer la donne. J’aimerais ça qu’on ait une forme de démocratie interactive – c’est un projet sur lequel Google fait d’ailleurs présentement des recherches. Imagine, le Premier ministre qui propose des référendums en ligne sur des sujets qui touchent l’ensemble des Québécois. À la rigueur ça pourrait passer par les réseaux sociaux…

MM : Genre, « Likez » si vous voulez un Colisée à 400M$ à Québec?

ED : Pourquoi pas? Ça serait plus démocratique comme système. La beauté de la démocratie c’est de donner l’opportunité aux gens d’exprimer leurs opinions et d’être entendus là où les décisions se prennent. Quand je prends l’exemple des élections scolaires où il n’y a que 1% du monde qui vont voter – criss, j’ai plus de monde que ça qui « like » ma page Facebook par jour! La démocratie n’est pas statique, il faut que ça évolue. Aujourd’hui on a des technologies qui nous permettent de moderniser notre système, mais on continue à pratiquer une démocratie de l’Antiquité. Il y a des gens à gauche aussi qui souhaitent une réforme du mode de scrutin – même Québec Solidaire serait d’accord. Je ne suis pas dans leur camp, mais je trouve ça scandaleux que malgré le nombre de votes qu’ils ont eu, ils ne sont pas capables d’avoir plus de budget et plus de députés. On avait le même problème quand j’étais avec l’ADQ, et qu’on avait récolté 18% des votes mais qu’on avait juste 4 députés sur 125. Il faut changer ça.

ISRAËL

MM : T’appuies Israël. Ne trouves-tu pas que les Juifs ont déjà assez souffert, sans avoir en plus à te compter parmi leurs alliés?

ED : Lorsque j’ai signifié mon appui à Israël, je l’ai fait en me joignant à une coalition large qui incluait des syndicalistes, des libéraux, des souverainistes, des gens de tous les horizons politiques – même le chef du Parti Vert en faisait partie. Il a d’ailleurs dû démissionner parce qu’il avait cosigné cette lettre-là avec moi. Je crois que les Juifs ont le droit d’avoir un État, et je crois qu’on se doit de les appuyer, peu importe notre background idéologique. Israël est au front dans la lutte pour la défense de nos valeurs occidentales contre l’islam radical. C’est une cause qui me tient à cœur.

SAQ

MM : Tu viens de sortir un livre – La SAQ pousse le bouchon – qui est une critique du monopole que détient notre société d’état sur la vente de vins et de spiritueux au Québec. Comment réponds-tu à la CSN, qui dit que privatiser la SAQ serait de remplacer un monopole public par un monopole privé, puisse qu’éventuellement ce seraient les magasins à grande surface qui s’accapareraient du marché?

ED : Là-dessus je suis obligé de dire qu’ils ont raison. Lorsque j’ai commencé à écrire le livre j’étais plutôt favorable à la privatisation, mais au fil de mes recherches j’en suis plutôt venu à croire que le débat fondamental est celui de la concurrence – qu’un monopole soit public ou privé, il est défavorable au consommateur. Ce que je propose dont c’est plutôt un système qui inclurait à la fois la SAQ et des détaillants du secteur privé.

MM : La SAQ rapporte plus de 1.5 milliards à l’État, revenus qui sont ensuite redistribués en services sociaux. En permettant la vente de vin et de spiritueux dans les 12,000 épiceries et dépanneurs du Québec, le gouvernement ne serait-il pas en train de se priver de ces revenus?

ED : Non, puisque l’état continuerait à percevoir des taxes. Si on prend l’exemple de l’Alberta, où la privatisation s’est faite il y a 20 ans, le gouvernement soutire environ 30% de plus de revenus par litre d’alcool vendu. Par ailleurs, 20% du prix d’une bouteille vendue à la SAQ finance sa bureaucratie – la concurrence forcerait la SAQ à limiter le gaspillage.

MM : Sans la SAQ, est-ce qu’on ne verrait pas une érosion du choix des produits, particulièrement en région?

Je crois que c’est un faux problème. Sans vouloir être condescendant – quand t’es dans un petit village, il n’y a probablement pas une grosse demande pour des bouteilles de Châteauneuf du Pape à 100$. Si la SAQ était honnête et qu’elle nous sortait des chiffres, je gage qu’on verrait qu’il y a des régions dans lesquelles ces bouteilles-là ne se vendent pas du tout, même s’ils sont obligés de les avoir sur les tablettes. Il faut aussi dire qu’en permettant la vente dans les dépanneurs et les épiceries, les gens en région n’auraient pas à faire vingt minutes de char pour aller chercher leur vin à la succursale la plus proche…

eric-duhaime-karim-ouellet

MM : Pour terminer, je t’ai apporté un cadeau : Fox, le cd de Karim Ouellet, pour lequel il s’est mérité le prix Juno du meilleur album francophone en 2014. En plus d’être un excellent musicien, Karim est un exemple positif pour toutes les minorités visibles du Québec…

ED : Pourquoi tu veux me faire écouter du Karim Ouellet? T’essaies-tu de me troller? Oui, c’est vrai que j’ai fait un commentaire qui a très mal passé en janvier dernier. La communauté noire continue à être victime de racisme au Québec et je comprends que ce soit un sujet sensible, mais ce que je voulais dire à l’époque en parlant des allégations qui avaient été faites contre Jean Pascal c’est que je trouvais ça malheureux qu’il y ait autant de modèles pour les Noirs qui soient entachés par des scandales. Quand tu es une personnalité publique et que tu fais partie d’une minorité visible, t’as la responsabilité de défendre un groupe qui croit en toi. Tu représentes plus que tes propres intérêts, et quand tu échoues t’exposes tout ton groupe à la critique. On m’a mal compris et j’ai été mal cité, mais c’est dans ce sens-là que je m’exprimais… En tout cas, merci pour le cd.

MM : Merci pour ton temps.

ED : De rien.

1 Comment

  • Jean Laroche says:

    Il aurait été plus professionnel de préciser, concernant les sept signataires de la lettre d’appui à Israël, que mis à part Johanne Marcotte, Duhaime et Adrien Pouliot qui l’on tous signés pour des raisons idéologiques et non politiques, les autres signataires sont: Marlène Jenning, députée libérale de Notre-Dame-de-Grâce-Lachine de 1997 à 2011. Elle est mariée depuis 1974 à Luciano Del Negro, vice-président pour le Québec du “Centre for Israel and Jewish Affairs (CIJA)” un lobby très actif qui par des offres de voyages gratuites en Israël, tente d’influencer la perception qu’ont nos élites de cet état qui ne respecte aucune résolution de l’ONU, faisant passer la Corée du Nord pour de bons élèves.

    Présenté Ken Pereira comme syndicaliste est particulièrement malhonnête quand on sait que Pereira est un patronyme juif séfarade (un peu comme Benezra). Même procédé pour Évelyne Abitbol qui avant d’être souverainiste et ancienne candidate pour le PQ est d’abord juive.

    En somme, ce que je reproche à l’article c’est ne de pas avoir écrit le nom des personnes signataires choisissant plutôt un moyen détourné cherchant è faire croire que ces appuis étaient “balancés” alors que ce n’est absolument pas le cas.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>